Archives pour la catégorie environnement

Stop la pub, le bilan

in About the blog, environnement, home

En août 2010, je démarrais un test grandeur nature sur l’efficacité de l’autocollant “Stop la pub”.

Trois ans après, il est temps de faire un bilan, qui corrobore complètement celui que tire Le Monde des données rassemblées par l’UFC – Que choisir : ça marche ! Sauf que… seule une boite sur 10 est équipée de ce dispositif de prévention de l’obésité publicitaire. Quel gâchis payé par… les cons-ommateurs, comme d’habitude. Vous voulez voir le prix de vos courses baisser ? Réduisez les coûts publicitaires et refusez les prospectus !

Pour cela, vous n’êtes même pas obligé de vous procurer ou d’imprimer le bel autocollant : je me contente pour ma part et depuis un bail d’un simple PUB manuscrit juste derrière mon nom sur la boite, et ça fonctionne tout aussi bien (sauf quand les impitoyables rayons solaires viennent à bout de l’encre soit-disant indélébile, une ou deux fois l’an).

Et surtout, n’oubliez pas : les rares fois où des prospectus finissent malgré tout dans votre boite (ça arrive peu, mais ça arrive quand même), rappelez-vous qu’ils sont destinés à la benne “papiers à recycler” et non à celle des ordures ! Sinon, vous pourrez toujours les composter avec vos épluchures…

Brita, c’est la cata…

in coup de gueule, environnement

Voici bientôt 20 ans que j’utilise des filtres Brita.
Pas parce que je pense qu’ils me protègent du plomb ou d’autres trucs néfastes dans l’eau du robinet.
Seulement parce qu’en tant que très grande buveuse de thé, j’apprécie que mon breuvage soit exempt des remugles d’eau de javel ainsi que du calcaire qui finit par avoir la peau de toutes les bouilloires, même les plus solides.

Mais là, franchement, je me pose des questions.
Le site Brita… comment dire… merdoie (apparemment à cause de leur système de suivi des connexions…)
La carte censée permettre de trouver un revendeur-recycleur près de chez soi reste désespérément vide.

Pour couronner le tout, une à une, les moyennes et grandes surfaces de la région et les commerces dépositaires de la marque ne jouent plus le jeu, et ne participent plus à la collecte des cartouches usagées. « Pas assez de place avec tous ces nouveaux bacs à recyclage à caser, qui, eux, sont obligatoires » : c’est une ritournelle que j’ai entendu maintes et maintes fois…

Quand j’appelle à mes frais le service client Brita, on me dit que la carte « sera sans doute réparée ce weekend », alors que cela fait plusieurs semaines qu’elle ne fonctionne pas.
On me dit également qu’on ne va pas « faire se déplacer un camion » pour assurer le recyclage de ma pauvre douzaine de filtres à charbon actif. Quand j’envoie un mail, on me fait une réponse de normand : « Pour toutes vos questions, nous sommes à votre disposition gratuitement au 0800 – 38036 du lundi au vendredi de 9h à 18h ». Comme si je n’avais pas commencé par appeler ! Au moins, j’ai un numéro vert. On me rappelle également l’absence d’obligation des revendeurs de collecter les cartouches usagées pour recyclage. Deux fois.

J’ai bien compris, messieurs-dames de chez Brita : la partie boutique de votre site, contrairement à celle dédiée à l’information, fonctionne pour sa part très bien.
Vous êtes leader et donc tout puissant sur votre marché, et je n’ai à la base rien contre votre produit, que je le rappelle j’utilise depuis 2 décennies. Mais s’il n’est plus recyclable, il n’est plus écologique.

Et du coup, il ne m’intéresse plus.

C’est aussi simple que ça.