Archives pour la catégorie la fin d’un monde

5 years

in bonheur, Feel good stuff, la fin d'un monde, santé, tabac

Il y a 5 ans, je me faisais le plus beau cadeau du monde : la vie.

J’envoyais paître l’auto-destruction à petit feu, le marketing savant et l’image rock’n’roll, et j’écrasais la dernière. Pour de bon.

On peut. On peut casser la dépendance, qui est surtout psychologique (je vous entends hurler d’ici. Personne n’a dit que ça rendait l’arrêt plus facile !). Briser les habitudes, désapprendre le geste. Et se diriger vers une vie plus saine, plus légère, où on apprend à s’aimer un peu plus. Une vie sans toxicomanie.

La cigarette, ce concentré de haine de soi.

Bordel, qu’est-ce que je suis heureuse de m’être défaite de ce poison en vente libre… Puisqu’on est en janvier et qu’il est encore temps de vous présenter mes meilleurs vœux, laissez-moi vous souhaiter tout simplement d’arrêter de fumer – ou de ne jamais toucher au tabac, si vous avez la chance de ne pas avoir commencé !

VIVRE ROYALEMENT AVEC DE TOUT PETITS MOYENS

in coup de coeur, définition, la fin d'un monde, société

Le texte qui suit n’est pas de moi, mais de Thor Harris, un batteur d’enfer qui a notamment fait partie du Grand Theft Orchestra qui a accompagné Amanda Palmer dans sa dernière tournée. Comme Thor n’a pas de tumblr, Amanda a diffusé son texte sur le sien – de tumblr, faut suivre, là !

J’ai eu la permission de Thor pour le traduire (son texte). Je suis traductrice de métier, et j’espère avoir été fidèle à la lettre et à l’esprit de ce qu’il a écrit. Il résume le fond de ma pensée dans la plupart des points qu’il aborde, et je le trouve plutôt bien formulé : c’est pour cela que je voulais le partager avec mes lecteurs, qui sont majoritairement (mais pas uniquement) francophones.

Mais sans plus tarder, Ladies & Gentlemen, je laisse place à… Thor Harris !

———————————————————————————-

VIVRE ROYALEMENT AVEC DE TOUT PETITS MOYENS, par Thor Harris

1. NE FUME PAS.

2. OPTE POUR UNE BAGNOLE D’OCCASION JAPONAISE : LES RÉPARATIONS SONT FACILES ET RAPIDES, ET C’EST INCREVABLE*.

3. FAIS LE PLUS GROS DE TES COURSES AU RAYON FRUITS ET LÉGUMES. LE RESTE N’EST GÉNÉRALEMENT PAS DE LA VRAIE BOUFFE, TU N’EN AS PAS BESOIN.

4. DÉPLACE-TOI À VÉLO PLUTÔT QU’EN BAGNOLE. L’ACTIVITÉ PHYSIQUE T’EST NÉCESSAIRE ET L’ESSENCE, C’EST CHER.

5. NE FAIS PAS DE GOSSES. ILS N’ONT RIEN DE MIRACULEUX : CE SONT DES PERSONNES. 7 MILLIARDS, C’EST TROP, BORDEL. TROUVE UN AUTRE MOYEN DE DONNER DU SENS À TA VIE BARBANTE. EH, AU FAIT, ILS COÛTENT BONBON.

6. ACHÈTE TES FRINGUES EN FRIPERIE. AVEC LA PLASTIQUE DE RÊVE QUE LE VÉLO VA TE FAIRE, TU PEUX PORTER N’IMPORTE QUOI : TU SERAS TOUJOURS SEXY.

7. APPRENDS À RÉPARER. Y’A DES TONNES DE CHOUETTES BOUQUINS ET DE VIDÉOS SUR YOUTUBE POUR APPRENDRE À TOUT RÉPARER. OU DEMANDE À UN VIEUX. AVANT, LES GENS RÉPARAIENT. SANS DÉC’.

8. APPRENDS UN MÉTIER MANUEL : LA MENUISERIE, LA PLOMBERIE, L’ÉLECTRICITÉ, LA MÉCANIQUE AUTO, LA COUTURE, LA RÉPARATION D’ORDINATEURS OU DE TRUCS ÉLECTRONIQUES, UN BOULOT QUE CES CONS NE POURRONT PAS DÉLOCALISER. TON MASTER SUR DOSTOÏEVSKI, TOUT LE MONDE S’EN BRANLE. RÉPARE, DUCON, RÉPARE !

9. SI T’AIME LA BIBINE, TRINQUE À LA MAISON AVEC TES VOISINS. CONDUIRE BOURRÉ, C’EST BON POUR LES TROUDUCS, CEUX QUI ONT DU FRIC ET DES AVOCATS.

10. RENDS SERVICE : ÇA S’APPELLE LA COOPÉRATION. C’EST COMME ÇA QUE ÇA MARCHAIT QUAND IL N’Y AVAIT PAS ENCORE D’ARGENT. LA PERSONNE QUE TU AS AIDÉE TE RENVERRA L’ASCENSEUR, OU QUELQU’UN D’AUTRE TE RENDRA SERVICE. SANS DÉC’, ÇA MARCHE POUR DE VRAI.

11. FABRIQUE DES TRUCS. OUVRE LES YEUX : TU VOIS QUOI ? OUAIP, DES MERDES FABRIQUÉES PAR DES GENS PAUVRES, DES ESCLAVES, À L’AUTRE BOUT DE LA PLANÈTE. PRENDS UN TRUC AU HASARD. AMÉLIORE-LE. LES GENS VEULENT DE LA QUALITÉ. TU NE FERAS PAS FORTUNE, MAIS TU DEVRAIS GAGNER TA CROÛTE.

12. SI TU HABITES AUX ÉTATS-UNIS, DÉMERDE-TOI POUR NE PAS TOMBER MALADE ET NE PAS AVOIR D’ACCIDENT. METS TON PUTAIN DE CASQUE ET DES LUMIÈRES SUR TON VÉLO.

13. TROUVE UN BOULOT QUI TE PLAÎT. SI CE N’EST PAS POSSIBLE, TROUVE UN JOB OÙ TU AIMES LES GENS AVEC QUI TU BOSSES.

14. LES DROGUÉS ET AUTRES ACCROS SONT COMME DES BÉBÉS : ILS SONT PRÊTS À TE CHIER DESSUS. ILS FOUTENT UN BORDEL QUI PEUT COÛTER CHER. QUAND TU PEUX, ÉVITE-LES.

15. N’ACHÈTE RIEN À CRÉDIT : T’AS VU CE QUI EST ARRIVÉ AUX ÉTATS-UNIS ? ACHÈTE CASH, CONNARD. T’AS PAS LES MOYENS ? N’ACHÈTE PAS, DUCON !

16. LES DÉPENSES QUE TU PEUX ÉVITER : LES MST, LES INTERRUPTIONS DE GROSSESSE, LES CONDAMNATIONS POUR CONDUITE EN ÉTAT D’IVRESSE, LE CANCER DU POUMON, LES TRAUMATISMES CRÂNIENS, LES AMENDES POUR EXCÈS DE VITESSE, LA CIRRHOSE.

17. QUAND TU AS UN RENCARD, NE SORS PAS LE GRAND JEU SI C’EST PAS TON GENRE. EN PLUS, LA PLUPART DES GENS ONT DU MAL À ENCADRER LES RICHES.

18. QUAND TU VAS À UN CONCERT, APPORTE TA GOURDE. AVEC CE QUE TU ÉCONOMISES, TU PEUX ACHETER UN CD.

19. IL Y A 15 ANS, SI ON M’AVAIT DIT QUE COCA-COLA METTRAIT DE L’EAU DU ROBINET EN BOUTEILLE ET QU’IL Y AURAIT DES CONS POUR EN ACHETER… BORDEL, J’Y AURAIS PAS CRU.

20. NE T’ABONNE PAS À DES CHAÎNES PAYANTES, TROUDUC. JE TE JURE QU’ELLES NE SONT PAS INTÉRESSANTES. 80€* PAR MOIS ? PUTAIN, NON MERCI !

CETTE LISTE A ÉTÉ RÉVISÉE PAR STACEY YATES. JHEREK BISHOFF, CHAD RAINES ET AMANDA PALMER Y ONT AJOUTÉ LEUR GRAIN DE SEL. LA SOCIÉTÉ DANS LAQUELLE NOUS VIVONS EST UNE SOCIÉTÉ QUI GASPILLE. VIS BIEN. ÇA NE DEMANDE PAS DES MASSES D’EFFORTS, SÉRIEUX.

———————————————————————————————

* note de la traductrice : ce constat est peut-être un peu moins vrai en Europe…

* note de la traductrice : les chaînes payantes européennes sont un peu moins chères que celle du câble américain.

Guide Cosmétox de Greenpeace (2005-2007)

in coup de gueule, définition, environnement, la fin d'un monde, santé, société

Il y a huit ans de cela déjà, Greenpeace proposait au grand public une courte publication-vérité sur les cosmétiques qui allait bouleverser ma vie de consommatrice : le Guide Cosmétox.

C’est grâce à lui que j’ai appris à lire les étiquettes, à déchiffrer les compositions, à ne pas me fier aux appellations trompeuses et aux logos verts qui cachent des produits sales.

On riait hier encore des lanceurs d’alerte sur le bisphénol A. Aujourd’hui, ce perturbateur endocrinien est légalement interdit dans de plus en plus d’objets, dont les contenants alimentaires. On ne dira rien des phtalates, autre belle cochonnerie, qui elle continue sa petite vie bien tranquille sur les étagères de nos épiceries (l’eau minérale en bouteille plastique souple, ça vous dit quelque chose ? Le nutella ?). Enfin, tant que le Conseil Européen pour Plastifiants et Intermédiaires nous (dés)informe dans son site sur les phtalates que ces substances ne sont pas dangereuses, on n’a rien à craindre, n’est-ce pas ? C’est vrai, quoi, l’agence du médicament, elle, nous explique gentiment que « seulement 3 de ces plastifiants posent problème« , et que c’est pour cela que 5 – sur les 6 actuellement utilisés – d’entre eux ne seront plus autorisés dans les médicaments dans 18 mois.

Prenez-moi pour une conne. Allez-y. C’est gratuit. Tiens, ça ferait un bon #achetague sur twitter, ça. Oui, je sais, je fé se ke jeu veu avek lortograf (pardon pour le saignement d’œil. D’yeux. Je le referas plus.).

J’aimerais que demain – matin, de préférence, il n’est jamais trop tôt pour (ré)agir – on réalise que « principe de précaution » n’est pas un gros mot, mais un concept qui nous a permis, en tant qu’espèce, d’être encore aujourd’hui sur notre – de moins en moins – belle planète.

J’aimerais qu’au lieu de faire une confiance aveugle à des gens dont le travail est de marger à mort sur tout et n’importe quoi – mais de préférence quelque chose de pas cher à produire et de grande consommation – tout le monde apprenne (à l’école ?) à décrypter des listes d’ingrédients INCI, celle que les industriels affichent à grand regret et en petit sur leurs produits. Tous les industriels, qu’ils vendent des cosmétiques de luxe ou en supermarché. Tiens, tant que j’y suis, ça vaut pour la bouffe aussi. Et le mobilier, la papeterie, l’habillement, le logement – ben oui : le plomb, l’amiante…  Quoi, vous n’êtes pas encore parano ? Vous avez tort. Quand je vous dis que le Guide Cosmétox a changé mon existence, je ne mentais pas…

Apprendre, comprendre : le savoir, c’est le pouvoir. Et dans cette ère magique de l’internet et de l’information au bout des doigts, nous n’avons jamais été aussi bêtes, aussi dociles qu’aujourd’hui. Et n’avons jamais eu la possibilité de sortir aussi facilement de notre ignorance, et à si peu de frais.

Vous savez quoi ? Là, tout de suite, j’ai envie de poser mes mains sur vos épaules, de vous regarder droit dans les yeux, et de vous dire : réveillez-vous.

Mais j’aurais l’impression de jouer une scène mille fois tournée, de reprendre un poncif plus qu’éculé. Ça a été fait. Refait. Vu. Revu.

Je ne sais pas si ça sert à quelque chose. Mais je peux toujours essayer…

On y va ? Ahem… 1, 2, 1, 2, mike check

Je me lance.

Vous êtes curieux ? Curieuse ? Les deux ?
Vous avez 3 minutes à perdre (ou à m’offrir, vous pouvez aussi le voir comme ça) ?
Vous vous lavez les dents ? Vous vous rasez ? Vous utilisez du shampooing ?

Alors vous êtes forcément concerné(e) par ceci :

Guide Cosmétox juillet 2007

Et ne passez pas l’intro, hein, c’est la partie la plus intéressante. Le reste, c’est une belle et longue liste de cosmétiques classés rouge, orange ou vert en fonction de leur composition. Pratique, mais sans doute plus parfaitement d’actualité (la seconde et dernière édition date de 2007, ça commence même à faire un bail). Dis, Greenpeace, tu crois que je pourrais trouver au pied de mon sapin un Guide Cosmétox 2013 2014 ?

Dignity

in définition, environnement, la fin d'un monde

Nous ne devrions jamais avoir honte d’exiger ce qui est nécessaire à notre survie.

Marlene Moses, représentante de la république de Nauru auprès des Nations-Unies

Sans voix

in art, la fin d'un monde, souvenirs

La fin d’une époque. Celle, insouciante, où les années qui passaient n’avaient aucun poids.

Pour toutes ces images qui m’ont émerveillée, intriguée et parfois fait peur, pour ce trait qui pendant de longues années a incarné à la perfection ma vision de l’avenir et de l’Autre inconnu, pour ces mondes qui ont discrètement mais durablement ensemencé mon imaginaire adolescent, merci monsieur.

Maliki en parle encore mieux que moi :