Il paraît qu’il faut bien mourir de quelque chose…

in coup de gueule, environnement, la fin d'un monde, Lille, santé

Ce dernier mois, nous avons subi 23 jours de pollution aux poussières fines, dont 10 jours aux niveaux les plus mauvais. Au moins je sais de quoi je crèverai… C’est d’autant plus ironique que cela fait un peu plus de quatre ans que j’ai arrêté de m’autodétruire les poumons par cigarettes interposées.

Laisser un commentaire

© 2014 Le grand bric-à-brac - Propulsé par Wordpress / Thème : Tabinikki