Petite expérience amusante

| définition, environnement, home, humour, première fois, santé | 4 commentaires »

L’écologie est à la mode – attention au lavage de cerveau -, et l’austérité l’économie aussi. D’ailleurs, comme vous l’aurez remarqué, ça rime. Elles «vont très bien ensemble, très bien ensemble».

J’essaie de contribuer à la sauvegarde des ressources naturelles. Dans de nombreux domaines, j’y parviens : j’ai banni le jetable, le prêt à consommer, pour limiter mes déchets. Je veille farouchement à ma consommation électrique, et ne remplace un objet que lorsqu’il est en bout de vie. Même mes loisirs (roller, vélo) sont écolos ! Je suis devenue majoritairement locavore, c’est dire !

Il restait un bastion du gaspillage à attaquer, l’épée aux dents tout en criant «À l’assaut !» (je ne vois pas où est le problème) d’une voix assurée et…

pas réjouie. Pas ravie du tout. Adieu, moment de détente du soir, relaxation physique, adieu mes quelques (dizaines de) minutes où le corps meurtri par une longue journée de dur labeur – à mon bureau, à siroter du thé – se relâche enfin… (more…)

Crumble aux prunes pas chronophage

| home, photos, première fois, recettes | Aucun commentaire »

Simple, concis, et miamesque : tout ce qu’on demande à un dessert de (presque) automne.
Je vous la fais en accéléré :

Je préchauffe le four à 180°.
Je coupe en 2 – et dénoyaute au passage – 400 g de prunes que je pose dans un plat à tarte/à gratin.
J’écrase grossièrement 125 g de beurre dans la même quantité de farine avec 100 g de sucre pour former des grumellets*.
Je répartis le tout sur les prunes.
J’enfourne pour 30 mn de cuisson.

Je mange, avec une boule de (bonne) glace vanille, parce que je me contrefous des calories et qu’un crumble, si c’est pas « à la mode », ce n’est plus un véritable crumble.

* des petits grumeaux, quoi ! À ne pas confondre avec les Gremlins, nettement plus agités du bocal, mais hélas en voie de disparition…

Ceci n’est pas une pub…

| coup de coeur, home, Japon, photos, souvenirs | 4 commentaires »

Parce que j’étudie le japonais depuis quelques temps déjà et que la presqu’apocalypse (tsunami puis sans doute ce qui restera comme la plus grande – et la dernière ? On peut toujours rêver… – catastrophe nucléaire) qui a dévasté la cote est de l’archipel nippon m’a marquée à vie, j’avais envie de m’offrir ce magnifique recueil de dessins que ce sinistre désastre et la réaction du peuple japonais ont inspiré à moult dessinateurs/trices, ne serait-ce que parce que tous les bénéfices iront à ceux que la nature – et l’excès de confiance en lui-même de l’humain, qui une fois encore n’a pas su tirer les leçons de son passé – a dépouillé de leur famille, de leur maison, de leur ville…

Je ne prendrai aucun cliché de son contenu, mais sachez que j’ai tourné les pages, abasourdie et émerveillée, et le referai encore, et encore…